Comment bien acheter un bijou Vintage ?

Gemmologue et responsable du département joaillerie du site Collector Square, Constance Lauvinerie livre aux amateurs de joaillerie du XXème siècle ses clés pour bien choisir un bijou ancien. Qu’il soit d’époque Art Déco, des années 40 ou seventies, chaque bijou a une histoire, un contexte de création et des points d’attention spécifiques.

3 fondamentaux

1. Lorsqu’il s’agit d’acquérir un bijou ancien, il est préférable de se tourner vers des sites ou enseignes spécialisées, dont les bijoux sont passés sous la loupe d’un expert certifié en mesure de délivrer un certificat d’authenticité, afin d’éviter toute prise de risque.

2. L’achat d’un bijou ancien doit avant-tout être le fruit d’un coup de coeur, à la fois pour l’allure de la pièce, sa patine, et son époque. Connaître et comprendre le contexte historique d’un bijou est fondamental pour déterminer sa qualité et sa valeur. Suivant l’époque, certains éléments tels que la matière, la finition et le poids d’un bijou peuvent varier sensiblement.

3. Un bijou ancien est une pièce qui par définition a traversé le temps et a pu subir des transformations ou des restaurations. Celles-ci doivent toujours être spécifiées et réalisées avec soin dans le respect de la fabrication de l’époque et du style du bijou.

L'Art Déco : Le bijou intemporel aux lignes droites et géométriques

Principalement montés sur du platine (l’un des métaux les plus solides et techniques à travailler), les bijoux Art Déco sont souvent pavés de diamants (toujours de taille ancienne c’est-à-dire à culas tronqué), précise Constance Lauvinerie.

Le contraste de couleurs de pierres ornementales est également une façon typique de l’époque Art Déco, telles que l’association onyx-corail. Quant aux bijoux Art Déco signés de grandes maisons, ce sont généralement des pièces uniques, rarissimes, aux cotes très élevées!

Les années 40 : Le bijou massif et épuré

Le célèbre motif Tank, symbole de cette époque au sortir de la guerre, est à son apogée.

A cette époque, il n’est pas rare de voir des bijoux ornés de pierres synthétiques en raison de la pénurie de pierres précieuses, souligne Constance Lauvinerie. Les joailliers de l’époque associaient ainsi aisément dans leurs créations l’or rose et le rubis de synthèse par exemple.

Par ailleurs, le poids d’un bijou de cette époque est généralement gage de qualité et d’authenticité, notamment dans les années 40 lorsque la valeur de l’or était bien moindre. Les bracelets peuvent couramment peser plus de 100g ! Il est donc important de prêter attention au fermoir, qui pour beaucoup de bracelets, a pu être remplacé du fait des usures dues à la masse.

Les années 60-70 : Place au bijou monumental aux couleurs extravagantes

Au coeur de la tendance actuelle, ces pièces recherchées sont souvent ornées de pierres fines telles que la tourmaline, l’aigue-marine, le quartz, ou de pierres ornementales telles que l’oeil-de-tigre, la malachite, le corail ou l’onyx, précise Constance Lauvinerie.

Le thème du bestiaire connaît également un souffle nouveau avec une plus grande créativité et liberté, miroir de l’évolution artistique depuis le Pop Art.

L’Alhambra de Van Cleef and Arpels, le Serpent Bohème de Boucheron, le Love et le Juste un Clou de Cartier, sont autant de collections iconiques qui ont vu le jour au cour de ces décennies.

A noter que contrairement aux idées reçues, l’utilisation de l’or 14 carats était coutumière pour les bijoux en provenance de l’Italie et des Etats-Unis.