+33 (0)1 46 34 35 30
Se connecter

Rejoignez Collector Square

Inscrivez-vous pour accéder aux ventes privées et bénéficier des
privilèges réservés aux membres de Collector Square.

OU

En vous inscrivant, vous acceptez
notre politique d'utilisation des données.

Register Login

(0)
Modifiez vos préférences

Movado

CHOISIR UNE COLLECTION

Retrouvez les 971 résultats de Movado vendus dans
les plus grandes maisons de vente en consultant le catalogue des modèles et collections

 
 
 

L'histoire Movado

Lorsque Achille Ditesheim commence à fabriquer des montres de gousset en 1881 à La-Chaux-de-Fonds, la métropole du Jura est précisement le théâtre d’une exposition nationale d’horlogerie.


Fascinés par le succès rapide de son entreprise, ses frères Léopold et Isidore Ditesheim viennent le rejoindre, ce qui explique le nom de baptême de la firme, « L.A.I Distesheim ». Outre des montres pendentifs et de gousset, le trio de visionnaires fabrique aussi des montres-bracelets pour dames. « L.A.I » dépose déjà avant la fin du siècle des brevets pour toute une série de noms, dont « Ultra », « Apogée », « Noblesse », « Bonne », « Belgravia » et « Mistral ». Leur coup de génie remonte cependant à 1903 avec « Movado ». Feuilletant un dictionnaire d’espéranto, la langue universelle, ils découvrent ce terme qui signifie « toujours en mouvement »  et l’adoptent immédiatement. En 1905, la firme « toujours en mouvement » prend possession d’une nouvelle usine. Isaac Ditesheim, le jumeau de Léopold, graveur de profession, rejoint le trio qui devient dont un quatuor, lequel rebaptise l’entreprise « Fabrique Movado, L.A.I Ditesheim & Frères » et affiche de plus en plus sa volonté d’individualisme. Un exemple : le mouvement « Polyplan » lancé en 1912, dont la particularité consiste en une plaque de mouvement à angle double. Il s’adapte à la perfection au boîtier rectangulaire fortement galbé des montres-bracelets. Toujours en 1912, Movado présente ses premiers chronographes-bracelets. En 1914, la manufacture commercialise une montre pour soldats de tranchées dont le verre fragile est protégé par une grille en métal. Vers 1915, Movado présente l’une des premières montres-bracelets du monde avec dateur à guichet dans la large lunette.


Les années suivantes voient apparaître régulièrement des modèles particuliers, dont l’Ermeto », en 1926 – une montre à étui dont le remontoir est actionné par l’ouverture et la fermeture du boîtier – et, en 1931, le mouvement rectangulaire « Curviplan » dont le recto était galbé pour des raisons d’ergonomie. En 1937, la « Chonoplan » est commercialisée en série. Il s’agit d’une montre-bracelet à double lunette tournante qui permet de lire directement  la durée d’un processus. D’un grand génie créateur, les techniciens de Movado n’hésitent pas à s’engager également sur des terres vierges dans le secteur des chronographes. Dans la liste des calibres maison, ils sélectionnent un remontoir manuel qui a fait ses preuves et conçoivent pour lui un module de chronographe facilitant l’entretien avec rouage de commutation pouvant être monté sans difficultés au verso du mouvement. Il ne leur faut apporter que des modifications mineures au mouvement lui-même. Le nouveau calibre module 90M (compteur à 60 minutes) est mis sur le marché en 1939. Il est bientôt rejoint par le calibre 95M, dont l’utilité est considérablement augmentée par un compteur à 12 heures. Comme autre variante, Movado présente le calibre 478 et 10 ½ lignes, plus petit, sans indicateur. Un autre modèle intéressant de 1939 doit aussi être mentionné : il s’agit d’un chronographe à boîtier réversible de type « Reverso ». En 1947, le styliste Nathan George Horwitt présente un cadran  presque « vide » avec un point d’or à 12 heures. Ce dessin spectaculaire est consacré en 1959 lorsqu’il est admis dans les collections permanentes du Museum of Modern Art de New YorK. Entre 1956 et 1960, Horwitt s’efforce d’enthousiasmer  une marque de montres pour son design spectaculaire. En vain. Ce n’est qu’un 1965 qu’il parvient à convaincre Movado. Ensemble, ils réalisent la « Museum Watch » avec la « Dot » qui, devient un authentique classique du design après certaines difficultés initiales. En 1969, Movado fusionne avec la marque de montres Zenith. Après un mariage qui durera 15 ans, Movado devient en 1984, la propriété de la North American Watch Corporation. Dès lors, la marque recouvre son autonomie originelle. La ligne leader est et le reste la « Museum ».

La cote
des Rolex

Recevez gratuitement par email le rapport d'analyse LuxPrice-index© sur l'évolution de la cote des montres Rolex

La cote
des Rolex

Recevez gratuitement par email le rapport d'analyse LuxPrice-index© sur l'évolution de la cote des montres Rolex

La cote
des Rolex

Nous vous avons transmis le rapport d’analyse par email.

Ne manquez pas les prochaines ventes événementielles de Collector Square