+33 (0)1 46 34 35 30
Se connecter

Rejoignez Collector Square

Inscrivez-vous pour accéder aux ventes privées et bénéficier des
privilèges réservés aux membres de Collector Square.

OU

En vous inscrivant, vous acceptez
notre politique d'utilisation des données.

Register Login

(0)
Modifiez vos préférences

Tissot

CHOISIR UNE COLLECTION

Retrouvez les 297 résultats de Tissot vendus dans
les plus grandes maisons de vente en consultant le catalogue des modèles et collections

 
 
 

L'histoire Tissot

Deux hommes tirent particulièrement profit de l’essor de l’horlogerie, vers le milieu du XIXe siècle : Charles-Félicien Tissot et son fils Charles-Emile. Pour approvisionner le monde en montres de qualité, ils fondent un comptoir d’horlogerie en 1853 au Locle. Charles-Emile ne cesse de sillonner le monde, dont la Russie des tsars et les Etats-Unis, pour commercialiser leurs chronomètres. Le père se charge de leur production. En 1883, Charles-Emile confie la direction de l’entreprise à son fils, âgé de 23 ans. En 1904, Tissot fabrique ladite « montre de tsar » pour un officier de la garde de l’empire de Russie. Il fabrique pour des officiers des montres de gousset arborant les armoiries de régiments de la Russie impériale. En 1915, Tissot commence à créer et fabriquer des montres-bracelets pour la haute société russe.
En 1917, après la révolution d’Octobre, l’important marché des pays de l’Est s’effondre. En 1920,  Charles et Paul Tissot commencent  à fabriquer leurs propres ébauches pour montres-bracelets et de gousset. En 1925, la firme Omega fait de Paul Tissot son directeur commercial. En 1929, les deux sociétés fusionnent, ce qui donne naissance, en 1930, à la Société Suisse pour l’Industrie Horlogère (SSIH), avec Genève pour siège. Dans le groupe, Tissot couvre désormais le segment des prix intermédiaires. Une politique de calibres astucieux lui permet de proposer une gamme de 42 modèles de montres différents alors que l’on n’a besoin que de cinq boîtiers spécifiques. Au début des années 1930, Tissot présente une montre-bracelet antimagnétique. Dix ans plus tard, la marque dévoile sa première montre automatique, la « PR500 ». La « Navigator », commercialisée en 1953, avec indication du temps mondial, renferme le calibre à volant 28.5N21. Pour ses chronographes, Tissot utilise par contre des calibres de la firme-sœur, Lémania. A partir de 1970, la direction innove résolument : « Idea 2001 » est une montre mécanique avec boîtier transparent en matière plastique. Les modèles « Sytal » ou « Astrolon » du début des années 1970 ont un mouvement en plastique dans lequel les pièces en acier tournent dans de la matière synthétique en « s’autolubrifiant ». En 1984, la nouvelle PR100 peut légitimement arborer le titre de « montre officielle des Jeux olympique ».
En 1991, la star italienne du design, Ettore Sottsass, dessine pour Tissot une montre-bracelet à quartz qui défrait la chronique.
Le modèle leader actuel du membre du groupe Swatch est la « T-Touch » avec des capteurs tactiles intégrés au verre.

Principaux modèles Tissot

 résultats

La cote
des Rolex

Recevez gratuitement par email le rapport d'analyse LuxPrice-index© sur l'évolution de la cote des montres Rolex

La cote
des Rolex

Recevez gratuitement par email le rapport d'analyse LuxPrice-index© sur l'évolution de la cote des montres Rolex

La cote
des Rolex

Nous vous avons transmis le rapport d’analyse par email.

Ne manquez pas les prochaines ventes événementielles de Collector Square