L'histoire des sacs Tiffany & Co

Sacs Tiffany & Co

Le chiffre d’affaires que réalisent Charles Lewis Tiffany et un ami en ce jour de l’année 1837 où, avec de l’argent emprunté, ils ouvrent à New York une boutique d’articles de bureau et de cadeaux est de 4,98 dollars, ni plus, ni moins. En 1902, le self-made-man laisse à ses descendants un héritage de 35 millions de dollars. Il est probable que l’expansion de l’assortissement à l’aide d’argenterie, de bijoux et de montres aura contribué au plus haut point à cette richesse. Ainsi Norbert Antoine de Patek approvisionne-t-il dès 1845 ce client outre-Atlantique. Au fils des ans, Tiffany devient l’un de ses principaux acheteurs dans le Nouveau Monde.
En 1861, les Américains ouvrent un bureau à Genève et même, en 1872, leur propre production de montres. Mais ils abandonnent cette entreprise quatre ans plus tard. Dès lors, les montres de gousset proviennent essentiellement de chez Patek Philippe. A partir du début du XXe siècle, d’autres fabricants, dont Audemars Piguet, ont le plaisir de recevoir aussi des commandes de mouvements. Pour contourner les lourds droits d’importation qui grèvent les montres complètes, les boîtiers correspondants sont tout d’abord fabriqués aux Etats-Unis. Aujourd’hui, Tiffany & Co. est côtée à la bourse de New York.

Vous recherchez un objet en particulier ?
Recevez une alerte dès qu'il est disponible.
Créer une alerte